version 5.0_page 60-12_juin 2020

Le réseau est construit sur une feuille de contreplaqué de 1800×900 mais une partie d ela feuille est réservée au bandeau des commandes ; il ne reste donc plus, que 750mm de largeur. Le réseau est construit sur deux niveaux principaux :

le niveau bas = la feuille de contreplaqué

le niveau haut = le reste, qui est essentiellement situé à 40mm de hauteur, parfois un peu plus, mais aussi parfois un peu moins.

Pour mémoire le réseau a été construit par intégration successive de modifications plus ou moins importantes. Il a atteint ses limites. Il faudrait probablement même commencer sa déconstruction pour faciliter son exploitation.

La longueur totale des rails installés est de l’ordre de 50m et il y a des itinéraires, qui arrivent à parcourir 40m (en 80 secondes pour les locomotives les plus rapides), c’est à dire 80 % du réseau. Commencer la déconstruction implique une diminution de ces performances.

Le choix des couleurs

Il y a 3 circuits principaux et deux circuits secondaires, qui se distinguent par la couleur du ballast (le choix des 5 couleurs vient de la disponibilité des teintes chez le marchand de peinture).

Les 3 circuits principaux

circuit bleu = le circuit extérieur composé en fait de 3 boucles (13m de longueur)

circuit vert = le circuit intermédiaire composé de deux boucles (18m)

circuit jaune = le circuit intérieur, qui est composée de deux boucles (13m)

Le circuit vert communique avec le circuit bleu et avec le circuit jaune. Par contre il n’y a pas de liaison directe entre le circuit bleu et le circuit jaune.

Le logiciel Anyrail a été utilisé pour dessiner les réseaux mais il peut y avoir localement des écarts en raison des difficultés d’alignement de certains rails, notamment les rails flexibles.

Les deux circuits secondaires

A l’intérieur des 2 boucles du circuit jaune il a été possible de loger un pont transbordeur au niveau bas et une table tournante au niveau haut. Malheureusement leur fonctionnement est assez aléatoire.

Le pont transbordeur avec ses voies annexes constitue le circuit rouge. Il est relié uniquement au circuit jaune (1,5m de longueur hors pont transbordeur).

La table tournante est elle-même comprise à l’intérieur d’une boucle ; c’est le circuit orange, plus couramment appelé « la boucle 4 ». Il est relié au circuit jaune et au circuit vert (4m de longueur hors table tournante).

La numérotation des circuits

Pour faciliter le repérage des équipements chacun de ces 5 circuits porte un numéro :

circuit 1 = bleu

Les zones de couleur différente correspondent à des sections, qui peuvent être isolées ou à des rails flexibles.

circuit 2 = vert

circuit 3 = jaune

circuit 4 = orange

circuit 5 = rouge

Le circuit rouge est partiellement recouvert par les circuits jaune et orange.

D’une manière générale la numérotation des équipements dans les différents circuits se fait dans le sens chronométrique avec une exception de taille: les aiguillages dont le mode de numérotation a été déterminé par l’évolution du réseau.

les gares

5 « gares » ont été identifiées :

« RENNES » au niveau haut avec 3 voies parallèles appartenant à 3 circuits différents :bleu, vert et jaune

« HOUILLES » au niveau bas avec également 3 voies parallèles, dont deux du circuit vert et une du circuit jaune

« LIVILLIERS » au niveau bas n’a que deux voies vertes

« ACHERES » au niveau intermédiaire (assimilé au niveau haut) a deux voies oranges

« TRAPPES » au niveau bas a un voie rouge.

Il y a en tout 11 voies différentes : neuf voies de traversée, qui sont toutes équipées pour permettre des arrêts temporisés et deux têtes de ligne avec inversion de sens, ce qui permet de réaliser des mouvements pendulaires. Leur fonctionnement est décrit dans le chapitre 63 = la boite à outils.

Les deux niveaux

Les différents essais de reproduction par ANYRAIL du réseau ne sont pas très faciles à exploiter car de très nombreux segments de voie sont cachés. Les passages d’un circuit à l’autre ne sont pas toujours bien visibles.

Pour plus de visibilité le réseau a été coupé en deux : le niveau bas (les rails fixés sur la table) et le niveau haut (le reste). Toutefois Il a fallu déformer la réalité pour séparer les rails, qui assurent la liaison entre les deux niveaux.

Dans le niveau bas on va trouver les gares de « HOUILLES », « LIVILLIERS » et « TRAPPES » (avec le pont tranbordeur).

Le niveau haut comprend essentiellement les voies de liaison et les gares de « RENNES » et « ACHERES » (avec la boucle 4 et la table tournante).

Les liaisons entre les deux niveaux ne sont pas représentées dans leur totalité. Il manque notamment les boucles du circuit bleu et la traversée T1. Les rails flexibles sont assez souvent de couleur rouge ; cela dépend essentiellement des conditions de raccordement.

Les deux niveaux peuvent également être représentés de manière schématique, notamment dans un tableau de commande avec les différents interrupteurs, qui, dans la très grande majorité des cas, peuvent être installés à des distances régulières. Ici encore il manque une partie du circuit bleu.

Nota : les boucles de retournement sont indiquées en rose.

Dans cette représentation schématique il n’y a, qu’un seul croisement entre deux circuits. Il manque cependant les références d’un certain nombre d’aiguillages. Il y a aussi quelques erreurs de représentation.

On y reviendra dans le chapitre 61, quand on traitera du bandeau des commandes.