version 5.1_page 63-01_novembre 2020

On a désormais un circuit (complexe), du courant et le matériel roulant, qui va circuler sur le réseau. Si on veut profiter de la complexité du réseau pour faire varier les itinéraires, il faut maintenant gérer le flux d’information.

Il se compose de plusieurs éléments : il y a déjà, au départ, des interrupteurs et des conducteurs entre les régulateurs et les rails. Cela permet un fonctionnement « statique » ; tout est manuel.

Pour passer à un fonctionnement « dynamique » il faut mobiliser des télécommandes, qui vont permettre de changer de voie ou de changer de sens de circulation. La gestion du flux d’information, qui permet de faire fonctionner le réseau se décompose en deux parties : le Hardware et le Software. Dans les pages suivantes il n’y a que les grandes lignes ; le détail se troue sur un DDE et, si cela est réalisable, sur le site redele.jimdo.com.

Le Hardware

En raison du très grand nombre d’aiguillages (36) et de télécommandes (50), il va y avoir un grand nombre de conducteurs, qui vont se croiser sous la table. A cela viennent se rajouter les conducteurs des rails d’alimentation, des dételeurs, du passage à niveau, de la table tournante et du pont transbordeur, sans oublier les Leds. Il faut les discipliner (autant, que possible). Pour cela il y a 3 outils : un bandeau des commandes (avec un tableau au centre), deux groupes de circuits imprimés (PCB), qui sont le piano et son extension, enfin un ensemble de goulottes (le projet Manhattan).

Le bandeau (avec le tableau) et le réseau sont visibles ; le piano et son extension, ainsi, que les goulottes sont sous la table, donc invisibles, mais il faut quand même s’en préoccuper.

Le Software

Il faut aussi définir, comment vont être utilisées les commandes ; elles sont de deux types : les commandes manuelles, essentiellement des interrupteurs, qui sont dans le tableau des commandes, au centre du bandeau, et les relais. L’assemblage de plusieurs commandes va donner, selon leur complexité et le nombre d’utilisations, des modules (simples et courants) et des protocoles (complexes et d’usage souvent très limité).

Les modules et les protocoles ne sont finalement, qu’un assemblage d’éléments, commandes et relais, qui sont le plus souvent imbriqués ; ils ne sont pas directement perceptibles.

Contrairement aux schémas publiés par le passé sur Jimdo, on va partir du plus simple : le projet Manhattan.

La distribution des pages est la suivante :

Hardware

63-11__ le projet Manhattan

63-21__ le piano et son extension

63-31__ le bandeau des commandes

Software

63-41__ les modules validés

63-51__ les modules, qui restent à valider

63-61__ les protocoles