version 5.1_page 63-11_novembre 2020

Le projet « Manhattan » du réseau An Dro

Les conducteurs, qui sont reliés aux rails et aux divers équipements, traversent le plateau pour aller en direction du bandeau des commandes.

Il y a en tout près de 300 conducteurs sans compter les alimentations communes en courant alternatif, qui sont regroupées à l’aide de plaques de dérivation 7209, ni l’alimentation de la table tournante, ni celle du pont transbordeur. Plusieurs conducteurs sont encore sous forme de nappe.

Dès 2014 il était apparu nécessaire de canaliser ces conducteurs. Pour y arriver un réseau de goulottes électriques a été mis en place. Il y a des goulottes de 30mm de largeur et des goulottes de 20mm, qui sont en cours de remplacement par des goulottes de 30mm, chaque fois, que cela est possible.

Bien évidemment il y a le problème des croisements. Dans un croisement « à niveau » l’addition des deux groupes de conducteurs peut devenir vite ingérable, quand il s’agit de procéder à des modifications.

l y a en fait trois zones :

1_ au niveau du bandeau des commandes on va trouver tous les conducteurs, qui vont se diriger vers le piano et, de là, vers les équipements. Tous les conducteurs ne rentrent pas dans les goulottes; cela dépend de l’endroit, où sont installés les équipements. Il y a aussi le problème des nappes, qui ne passent pas toujours facilement par les goulottes.

2_ la zone intermédiaire est en gros comprise entre la table tournante et le pont transbordeur

3_ la 3ème zone, la moins encombrée, se situe au-delà des deux équipements précédents ; elle concerne surtout les équipements de la gare de HOUILLES.

les plaques de dérivation

Les conducteurs jaunes des aiguillages sont regroupés à l’aide de plaque 7209. Il en est de même pour les gris des télécommandes (plaques étiquetées noir+blanc) et les conducteurs violets des anodes (étiquette bleu-rouge) .

Projet d’optimisation

Si certaines goulottes sont surchargées, d’autres sont à peu près vide.

Un projet de réorganisation des goulottes a été élaboré en 2019. Ce projet prévoit une répartition des goulottes par fonction mais il implique de revoir également la répartition des PCB du piano (et de son extension), ainsi que celle du bandeau des commandes.

L’idée est de séparer déjà le tableau des commandes en deux parties distinctes, qui correspondent au niveau haut et au niveau bas du réseau.

Le flux montant des télécommandes va vers le piano en tenant compte des deux niveaux « haut » et « bas ».

Il y a 3 flux descendants, qui viennent du bandeau/tableau : les aiguillages, les Leds et le courant de traction. Les taux d’occupation sont assez comparables mais le problème restera, comme aujourd’hui la sortie du tableau des commandes.

Le fait, que la gare de RENNES se trouve pratiquement à la verticale du Piano ne facilite pas les choses, tout en diminuant le nombre de conducteurs à faire passer par les goulottes. En fait 30% des conducteurs sont rattachés à la gare de RENNES ; 

Si l‘inventaire des besoins prévoit 2 Leds par voie pour la gare de RENNES, on peut n’en mettre, qu’une seule, mais cela ne change rien au niveau des goulottes, qui doivent avaler le reste : 70% ou plus précisément 218 conducteurs. Il doit être cependant possible de diminuer le nombre de Leds bicolores vert/bleu, qui matérialisent le sens du courant.

La répartition envisagée des flux suppose, que le bandeau des commandes soit modifié en même temps, ainsi que le piano et son extension.

Juste un mot du piano : il cumule la totalité des conducteurs, autour de 300 à répartir sur 25 PCB. En fait 300 points de contact mais 600 conducteurs en tout avec ceux, qui sont raccordés au bandeau des commandes. 

La plupart d’entre deux vont se retrouver sur une bande d’une longueur de 800mm, si la modification du bandeau des commandes est réalisée comme prévu. Par principe, tout conducteur doit faire un arrêt au niveau du piano pour permettre d’éventuelles modifications des raccordements. Cela donne 3mm par conducteur, sachant, qu’ils ont un diamètre de1mm. Sur le papier on a de la marge.

Pour avancer il faut s’intéresser maintenant au piano.

Suppression des nappes

Ce sera l’occasion de se débarrasser des nappes. En effet elles se révèlent à l’usage très difficiles à discipliner en raison de leur rigidité. Par ailleurs les soudures sont fragiles.

Seules celles de la table tournante et du pont transbordeur seront conservées car elles se raccordent directement aux boîtiers, qui sont sur le bandeau de commandes.

Planification des opérations

Les goulottes ont été installées pour canaliser les conducteurs en place ; il y a donc de tout. Si on veut optimiser la chaîne de commande, il est nécessaire de les spécialiser, même si cela conduit à rallonger les circuits. Il faut anticiper et récupérer les informations des pages suivantes.

Les aiguillages vont occuper 7 des 25 PCB du piano et en gros 450mm du bandeau. Il faudrait leur réserver 4 goulottes transversales, dont deux pour les aiguillages compris entre le bandeau et le couple Table-Pont. De l’autre côté la traction va occuper 5 PCB mais probablement 550mm du bandeau ; 2 à 3 goulottes sont alors nécessaires, dont une seule suffit pour HOUILLES. En le deux il y a les télécommandes avec 2 goulottes pour le niveau haut (5 PCB) , hors RENNES, et 2 pour le niveau bas (4 PCB) . Entre les deux il y a les Leds avec 2 goulottes (4 PCB). Ici encore la moitié des goulottes va jusqu’au bout du plateau pour desservir la gare de HOUILLES.

En complément des goulottes transversales (les « rues ») il y a des goulottes longitudinales (les « avenues ») pour relier les équipements aux goulottes transversales. Leur nombre est plus restreint.

La gare de RENNES vient compliquer le schéma, dans la mesure, où ses conducteurs passent sous la piste, qui soutient les 3 voies de la gare, et descendent le long des piliers (les losanges « R » du schéma de répartition des goulottes) pour arriver directement sur les PCB.

Bien évidemment la distribution actuelle des goulottes est légèrement différente, de celle, qui est proposée, et il serait souhaitable d’éviter de les déplacer. La planification des transferts sera une phase complexe mais le plus urgent est l’identification précise des conducteurs