Version 5.1_page 63-61_novembre 2020

Il y a pour le moment 3 protocoles, la sortie de la boucle 4, les boucles de retournement et le protocole MAC. parce, qu’il n’y a pas de place ailleurs on va trouver à la fin le passage à niveau.

la boucle 4

La boucle 4 entoure la table tournante. elle se situe à un niveau intermédiaire entre le support du réseau et la gare de RENNES mais elle fait quand même partie du »niveau haut ».

Elle est composée essentiellement d’une boucle avec une voie isolée, la voie V42 et l’accès à la table tournante. La voie V44, est parallèle à la voie V42 ; à l’intérieur de la boucle, il y a donc une tête de ligne en plus de la table tournante. Elle est très compacte et riche en aiguillages et télécommandes. Par contre la longueur des voies est très réduite, ce qui limite les ambitions. Par exemple, si on veut commander la direction de l’aiguillage AD18, qui conduit à la voie V44, il faut se limiter à des « trains » ne dépassant pas 190mm de longueur. C’est la même chose avecAD17; il ne faut pas dépasser 190mm.

Le fonctionnement manuel de la boucle 4 est simple malgré la complexité de sa structure. En mode automatique c’est plus difficile car la boucle 4 est raccordée à deux circuits : le circuit vert et le circuit jaune.

En entrée il faut gérer l’aiguillage AD17, qui fixe le sens de parcours dans la boucle. En sortie le train doit emprunter soit le circuit vert, soit le circuit jaune. C’est l’aiguillage AD16, qui détermine la voie de sortie.

L’entrée dans la boucle 4

L’entrée dans la boucle 4 reste pour le moment en mode manuel. En mode automatique il y a 3 possibilités : accéder directement à la voie V42, faire d’abord le tour par la boucle ou se limiter à la voie V44. On y reviendra, quand on abordera le problème des mouvements pendulaires.

La sortie de la boucle 4

A l’inverse la sortie de la boucle 4 peut faire l’objet d’un traitement automatisé mais il faut se souvenir, que toute automatisation d’une commande suppose un interrupteur sur le circuit de commande pour revenir en mode manuel et il n’y a qu’un nombre limité d’emplacements pour installer ces interrupteurs.

Il y a deux cas de figure :

__ le train entre par une voie et ressort par l’autre ; le courant ne change pas de sens

__ le train ressort par la voie, par la quelle il était entré ; le courant change obligatoirement de sens.

La consigne de sortie de la boucle 4 peut venir de 4 sources Tc41B, Tc441B, TC43A et Tc45A. Les 4 conducteurs sont reliés entre eux. Ils vont vers la borne centrale d’un interrupteur MTS ou la borne C d’un relais HFD2.

La gestion de la sortie peut être semi-automatique : la position de l’aiguillage AD16 est déterminée par l’interrupteur, qui a été préalablement positionné manuellement sur 2 ( AD16 dévié et INV2-) ou 3 (AD16 droit et INV3+). 

La gestion de la sortie peut être automatisée. l’interrupteur MTS est remplacé par un relais HFD2; le signal est envoyé vers la borne C. la borne S prend la place de la borne 2 de l’interrupteur et la borne R celle de la borne 3. 

Le relais reçoit des signaux, qui modifient la position du relais HFD2 : SET correspond  à la position 2 de l’interrupteur et RESET à la position3.

Dans ce cas, il y a obligatoirement quelque part deux télécommandes et leur interrupteur. Au total SB4 automatique = 1 relais HFD2 et 2 interrupteurs MTS. Pour le moment on restera au semi-automatique.

Une conséquence imprévue

Le protocole  SB4 associe INV2- et AD16 dévié, INV3+ et AD16 droit. Si un autre trajet provoque le même changement dans les inverseurs INV2 ou INV3, il y aura automatiquement une répercution sur l’aiguillage AD16 car il sera difficile de tout isoler. Il ne faut pas oublier, qu’il y a, pour le moment, 36 aiguillages dans le réseau An Dro;   il ne sera pas possible de mettre 36 interrupteurs supplémentaires sur le tableau des commandes; par contre il doit y avoir quelques emplacements disponibles.

Dans Hanter Dro il n’ y a, que 8 aiguillages concernés et il est possible de les isoler. 

Les boucles de retournement

Tout circuit doit avoir au moins une boucle de retournement ; en principe il en faut deux mais une tête de ligne peut très bien faire l’affaire.

Dans le réseau An Dro il y en a deux : la bretelle B38 et la voie V42.

La bretelle V38

Quand la boucle « jaune » a été construite il est apparu immédiatement, que l’on pouvait installer une bretelle à côté de la voie V26 du circuit vert. Ce fut la voie V38.

Pour l’utiliser comme voie de retournement il a été nécessaire d’isoler un segment de voie avec deux coupures bipolaires 8954 et d’installer 4 rails de télécommandes : 2 à l’intérieur du segment de voie et deux à l’extérieur. Leur rôle est d’inverser le sens du courant dans la voie ou le segment de voie, qui se présente devant le train. Dans le cas de la voie V38 on entre en sens positif et on ressort en négatif ; par contre le sens du courant à l’intérieur de la voie V38 change selon le sens par lequel on est entré. Ce fut la partie la plus complexe du câblage. Bien évidemment un couple de relais RU/RT a été installé pour réaliser un arrêt temporisé, si on le souhaite.

Le principal avantage du protocole est la possibilité de parcourir la boucle dans les deux sens. En effet la plupart des solutions proposées par les fabricants (ou décrites sur le net) se limitent à un sens unique de parcours dans la boucle.

Le désavantage est évident : il coûte 4 rails de télécommande.

Un autre point intéressant : le temps de basculement des inverseurs est suffisamment court, pour, que l’on puisse les installer de part et d’autre des coupures bipolaires.

La boucle 4 comme seconde boucle de retournement

L’installation de la table tournante au cœur de la boucle 4 était l’occasion de créer une seconde boucle de retournement. Ici aussi on entre en sens positif et on ressort en sens négatif. Cela vient du montage réalisé. Un segment de la voie V42 est isolé avec deux rails de télécommande à l’intérieur et deux à l’extérieur. Ici aussi un couple de relais RU/RT permet d’obtenir un arrêt temporisé. Mais est-ce vraiment une boucle de retournement ?

En effet la particularité de la boucle 4 tient au fait, qu’il y a deux voies d’accès : V221 et V39. Le train vient en sens positif par la voie V221 ou en sens négatif par la voie V39 ; il ressort en sens négatif par la voie V221 et en sens positif par la voie V39. Un train, qui entre et sort par la même voie bénéficie dans une certaine mesure de l’effet de la boucle de retournement. Par contre, si le train ressort par une autre voie on a seulement un allongement du parcours sans changer de sens.

La gestion de la sortie de la boucle 4 a été décrite plus haut. Pour en savoir plus il faut aller dans les pages suivantes, qui traitent de l’exploitation du réseau.

Le protocole MAC

Le réseau An Dro est composé de 5 circuits indépendants mais interconnectés. Quand un train passe d’un circuit à un autre il faut s’assurer, que le sens du courant est le même pour les deux circuits. C’est le but du protocole MAC.

Le protocole MAC ne concerne, que 4 des 5 circuits du réseau. En effet la boucle 4 est indépendante des autres circuits dans la mesure, où le courant en entrée est toujours en sens positif et toujours en sens négatif en sortie.

 

En fait il suffit de regrouper les signaux, susceptibles de provoquer le changement de sens avec un interrupteur pour pouvoir rester en mode manuel. Parmi les signaux il y a ceux, qui sont émis par les télécommandes installées sur les 4 circuits. Il y a aussi ceux envoyés par les interrupteurs momentanés MOM.

Le protocole MAC comprend en fait 3 protocoles identiques, un par couple de circuits :

MAC12 entre le circuit 1 (bleu) et le circuit 2 (vert)

MAC23 entre le circuit 2 (vert) et le circuit 3 (jaune) et

MAC53 entre le circuit 5 (rouge) et le circuit 3 (jaune).

Il y a de ce fait 3 interrupteurs. Le 3ème circuit peut être utilisé pour matérialiser la position des interrupteurs mais ce n’est pas indispensable car les Leds bicolores vert-bleu à deux pattes permettent de voir rapidement, si les circuits sont dans le même sens ou pas.

3cautres protocoles lui ont été associés : ceux, qui permettent d’entrer et de sortir de la gare de RENNES.

MAC10 entre la voie V10 et le circuit bleu

MAC20 entre la voie V20 et le circuit vert et

MAC30, entre la voie V30 et le circuit jaune. 

Le cas du passage à niveau

Il faut bien l’aborder quelque part. Les barrières sont équipées de bobines électromagnétiques, qui sont commandées à partie de deux rails de télécommande placés de part et d’autre du passage à niveau. Il y a un relais HFD2 entre les rails et les barrières. La résistance des bobines est suffisamment élevée pour ne pas avoir d’échauffement. Il est possible aussi, que les bobines soient équipées du contact en fin de course absent des aiguillages au format Z.

Parfois les barrières restent bloquées; un interrupteur MOM permet de les remettre en place.