version 5.1_page 65-21_novembre 2020

Retour sur les traversées virtuelles

La construction du réseau An Dro, tel, qu’il est actuellement, s’est faite de manière progressive en rajoutant de voies, des équipements. Cet empilement successif  rend les modifications à peu près impossibles à réaliser sans bouleversement complet du réseau.

C’est le cas de la gare de RENNES, qui est à un niveau supérieur à celui atteint jusque là. Il est apparu immédiatement, que cette gare, qui présente par ailleurs des avantages, avait aussi des inconvénients, notamment l’impossibilité d’y accéder à partir du niveau bas par le circuit vert. Il eut fallu mettre une traversée, ce qui voulait dire déplacer de 5 cm tout le fond de la table. Il était plus simple de créer une traversée virtuelle commandée par 4 rails de télécommande placés sur les voies d’accès. Ce sera la traversée virtuelle T289.

La traversée virtuelle T289

Le câblage a été décrit dans la page 64-11.

Le fonctionnement est simple. Un interrupteur MTS indique, si la traversée est en position droite ou déviée. En position déviée le train reste au niveau haut ou redescend immédiatement au niveau bas sans passer par la gare de RENNES. En position droite le train passe par la voie V20 de la gare de RENNES ou, selon la position des aiguillages, bascule sur le circuit bleu ou le circuit jaune. Il y a donc ici encore plusieurs itinéraires potentiels, sachant, que la traversée virtuelle T289 ne permet, que le transfert entre le niveau haut et le niveau bas. C’est en quelque sorte l’ascenseur vert, qui vient en complément de l’ascenseur bleu évoqué dans la page 65-11.

la passerelle T231

Pour faire suite à la remarque de Dorian, selon laquelle plus aucun train ne passait sur la grand viaduc, il a été procédé à une modification des circuits vert et jaune. L’aiguillage AD12 a migré sur le circuit vert; il a été remplacé sur le circuit jaune par la traversée T6. Cela ne s’est pas fait sans mal mais les deux circuits étaient à cet endroit espacés de 25mm, l’écartement idéal pour un raccordement. Par contre il a fallu déplacer l’aiguillage AG9 et revoir les courbes des voies V28 et V22, qui s’y rattachaient.

On a une passerelle. Comment s’en servir ? Quitter la gare de RENNES par les voies V20 et V28, puis emprunter la passerelle pour revenir en gare de RENNES par la voie V37 n’apporte pas grand-chose, juste un changement de voie en gare. Il faut donc descendre par le viaduc (V31) et remonter par la voie V22, puis V29, V20 et V28 ; la passerelle a été mise en position droite pour descendre par V31. En fait, en sens positif, elle masque la traversée T289.

Son utilisation en sens négatif est plus délicate faute de télécommande proche. En effet il n’y en a pas sur les voies V35 ni V34 du circuit jaune ni bien évidemment sur le viaduc V31. Il faut aller en chercher une télécommande du passage à niveau (Tc331) ou une du circuit vert (voie V26), à moins d’abandonner l’impératif de la voie V31 et de venir par la voie V37 (T6 en position déviée); il est alors possible de récupérer le signal émis par le rail de télécommande Tc371. Télécommander la position de la traversée T6 est théoriquement réalisable; cela chauffera seuelement un peu.

Il est donc nécessaire de faire un inventaire avant de finaliser le fonctionnement de la passerelle T231, puis éventuellement le raccordement des télécommandes, qui devront lui être affectées.

Dans ces conditions la passerelle T231 pourra être considérée comme une traversée virtuelle.

Il est évident, que les autres traversées virtuelles, qui ont été envisagées, vont poser le même problème. Il y a par exemple T247 avec les aiguillages AG6 et AD8; elle met en jeu les voies V22, V24, V26 et V27. V26 et V24 peuvent se relier au circuit jaune ou au circuit bleu (V27 également) et permettre d’atteindre le niveau haut.

Une traversée virtuelle de plus = 4 télécommandes et au moins un interrupteur MTS supplémentaire sur le tableau des commandes avec un risque de confusion car le nombre de télécommandes n’est pas extensible à volonté.

La notion de tronc commun

La notion de tronc commun est apparue lors de la création du Dorian Express, devenu le Dorex. Pour passer par les 3 viaducs le train doit parcourir deux boucles avec un tronc commun compris entre deux aiguillages, qui font une sorte de traversée virtuelle. Selon le schéma retenu ce tronc commun peut être plus long mais il y a presque toujours la séquence V35-V33-V34.

En fait cette notion de tronc commun est générale ; on va la retrouver dans le passage en alternance sur les voies V26 et V27, où le tronc commun c’est le reste de l’itinéraire et où les télécommandes, qui vont gérer l’alternance, sont obligatoirement sur les voies V26 et V27. On ne peut pas faire appel à des télécommandes, qui sont situées sur le tronc commun

Le tronc commun peut être plus ou moins long. Il peut être inexistant comme dans le cas de la traversée virtuelle T231 ou celui de la traversée T1 du circuit bleu.

En ce qui concerne T231 les aiguillages en jeu sont AG7 et AD12. 

Ici encore il faut bien identifier les boucles et définir l’itinéraire avant de noyer le tableau des commandes sous un flux d’interrupteurs.

Dans le cas de la traversée T231 on construit progressivement ses boucles.

Cela devient vite compliqué et la représentation graphique des différents circuits devient également un problème. D’une manière générale le tracé du circuit bleu est loin de la réalité. Sur le schéma ci-dessous il est d’ailleurs faux, si on ne sait pas gérer les aiguillages enroulés. Il manque également le raccordements de la voie V25.

Quelques exemples d’itinéraires utilisant des traversées virtuelles

Compte tenu de la structure du réseau les traversées T289, T231 et T247 sont toutes sur le circuit vert. 

Le train doit passer deux fois sur le tronc commun et osciller entre le niveau haut et le niveau bas. Dans l’exemple ci-dessous il part de la voie V20 (gare de RENNES) et passe par la voie V28 pour descendre par la voie V25 (LIVILLIERS) ; il rejoint la voie V21, puis la gare de HOUILLES (la voie V27 ou la voie V26). Au bout il remonte par la voie V22, qui le dirige versV29 puis V20.

En descendant par V25 il peut passer par V35 mais cela ne change pas grand-chose ; il se retrouve sur la voie V26. Il peut remonter par la voie V32 et la voie V37 pour se retrouver en gare RENNES, voie V30. 

Pour varier les parcours il faudrait introduire une troisième boucle et  faire intervenir d’autres télécommandes. 

Il est notamment possible d’utiliser AD12 et AG10 pour créer une boucle « jaune »; le train circule en sens positif par V31, V34, V33, V35, V32, V37 et V30. Le train  passe alors par deux des trois viaducs (V22 et v31).  L’exemple mobilise deux traversés virtuelles : T289 et T231.

La télécommande est toute trouvée : Tc371, si  on réserve Tc302 pour d’autres trajets.

Cet exemple montre aussi, qu’il existe de nombreux « troncs communs ». Il suffit d’identifier des paires d’aiguillages, qui peuvent se rattacher à des traversées, virtuelles ou non. Il suffit de 2 télécommandes (ou plutôt deux bornes) pour chacun des aiguillages, une pour la position  droite et une autre pour la position déviée, sans oublier, que les trains doivent pouvoir circuler dans les deux sens et que cela double le nombre d’aiguillages et de bornes nécessaires.