version 5.1_page 75-41_novembre 2020

il s’agit maintenant d’essayer de faire circuler plusieurs trains ; deux seraient suffisants pour commencer mais il doit être possible d’aller jusqu’à trois.

La voie unique

On a deux trains, qui circulent en sens inverse et se croisent sur les voies parallèles V71 et V72 de la lentille. C’est la situation, que l’on rencontre dans la vallée de la Tarentaise entre Moutiers et Bourg Saint Maurice. Le train montant vers Bourg s’arrête à Landry ( et à d’autres gares entre les deux) pour laisser passer le train, qui vient de Bourg.

Au point de départ deux trains situés sur les voies V73 et V75, qui se déplacent pour se retrouver côte à côte sur les 2 voies parallèles. Il est même possible de stationner sur la voie V74 pour laisser passer un train sur la voie V71 ou sur la voie V72.

Attention les deux trains ne peuvent pas circuler en même temps car le courant traction est dans le même sens pour tous les trains dans chaque séquence ; par contre, quand un train est à l’arrêt, l’autre train peut changer de sens de circulation, si nécessaire.

Les schémas des autres possibilités

Dans le premier exemple, les trains circulent entre les voies V73 et V75 en se croisant au niveau des voies V71 et V72 (éventuellement V74) , puis ils retournent vers les voies V73 et V75.

Il est possible de compliquer le jeu en introduisant l’éventail. Les échanges se font entre V75 et V76 ou entre V88 et V89.

La voie V73 n’est alors plus, qu’une voie de rebroussement.

Entre l’aiguillage AG1 et l’aiguillage AG3 il y a 3 voies : V71, V72 et V74. Cela permet de rajouter une troisième locomotive (motrice).

On pourrait même en mettre une quatrième (et probablement une cinquième) en exploitant à fond les possibilités des voies V71, V72 et V74. Cela implique de rajouter une troisième télécommande sur les voies V71 et V72.

Comment peut-on câbler les séquences ?

A moins de vouloir jongler avec les interrupteurs, il faut y aller pas à pas et identifier les différentes séquences. L’arrêt d’un train sur une voie doit obligatoirement déclencher le démarrage d’un autre train. Dans certains cas il peut être nécessaire de changer le sens de circulation. La première chose à faire est de construire le schéma de déroulement des étapes successives avec, pour chacune, les différentes actions.

Faut-il conserver les couples RU/RT des arrêts temporisés ? A priori non, la temporisation n’apporte rien de plus, puisque le redémarrage est provoqué par l’arrivée d’une autre train sur une autre voie. Faut-il alors les déconnecter? Probablement pas . Compte tenu du temps nécessaire pour arriver à l’autre voie, son relais temporisé aura déjà basculé ou sera sur le point de basculer.

A chaque voie est associé un relais bistable HFD2. Le premier circuit est raccordé au courant traction de la voie et le second circuit au courant traction de l’autre voie

Exemple avec 2 trains

Les séquences successives

Il y a 3 voies, il faut donc 3 relais HFD2.

Attention le sens du courant ne change pas entre la séquence 3 et 4 ni entre 6 et 7=1.

Le découpage des séquences peut donner des inversions différentes.

Les autres possibilités

Les trains passent donc successivement des voies V73 et V75 aux voies V71 et V72, puis retournent vers les voies V73 et V75 avec un redémarrage de la voie V75 .

L’alternance V75-V76 est possible. Le rajout du Flip-Flap est également possible, sachant, que les trains quittant V88 ou V89 repassent par V83. Finalement tous les trains venant de V88, V89, V75 ou V76 ont le choix : V71, V72, V73 ou même V74, si on met la cravate en service.

Il suffit de bien positionner les aiguillages et de définir correctement les relais.

l’exemple ci-dessus prévoit une arrêt sur V71 mais d’arrêt sur V72; c’est le cas, où un tortillard se met sur une voie de garage pour laisser passer un train de grande ligne. Avec un point important à garder ne mémoire : un seul train en mouvement et on ne change pas de sens de circulation en dehors des têtes de ligne. 

Bien évidemment passer à 3 ou 4 locomotives (motrices) va compliquer l’organisation des séquences. Le problème principal reste le même : définir les points de croisement.