Version 5.0_Page 01-41_avril 2020

 Après avoir classé les documents par ordre chronologique je me retrouve avec une dizaine de documents sans date. Parmi ces derniers deux pièces remarquables : un morceau de cadastre sur soie et une liste de propriétaires. En fait c’est ce cadastre sur soie qui a été le vrai point de départ de ces chroniques.

Il faut ajouter aussi une liste de parcelles non datée. Les deux premiers documents se complètent en partie, tout en posant un problème : de quand datent-ils et entre quelles mains sont-ils passés ?

 Le cadastre sur soie

Le cadastre sur soie ne traite que des parcelles de la première feuille, situées le long de la côte. Il est très proche de celui, qui est conservé aux archives départementales de Quimper, à l’exception des bornes, qui sont absentes sur le cadastre en soie, et des séparations, qui sont parfois marquées en pointillés.

La feuille n°1 est limitée à l’ouest par l’océan; elle va de l’îlot du diable au nord, jusqu’au Cap Tremet au sud. Côté « est » la limite est essentiellement la route qui part de la porte de Camaret (autrefois porte de Crozon) et qui va vers les Capucins et la pointe des espagnols, aujourd’hui la RD355.

La photographie aérienne de 1919 montre, que cette zone, aujourd’hui en friche, était à l’époque cultivée, sauf en bordure de falaise, où elles étaient qualifiées de « terres vaiens ». Il y avait également plusieurs chemins, dont celui, qui a permis d’évacuer les pièces d’artillerie du Cap Trémet.

La liste

La liste des parcelles concernant la première feuille commence par la parcelle n°3 (« Poul Broën »). « Poul Broën » est le nom de la cassure entre la côte et l’îlot du diable. Il n’y a pas de numéros 1 ni de numéro 2.

Curieusement l’énumération va de 3 à 53, puis de 132 à 166 et enfin de 671 à 678, parcelles situées vers le fort Tremet et dépendant de la feuille n°3, avant de revenir de 54 à 131.

La liste jointe, par comparaison avec celle du cadastre de Crozon, ne mentionne plus le propriétaire initial de la parcelle n°18 Joseph Penfrat, mais ses héritiers, après le partage. En ce sens elle est plus proche de celle du cadastre de Roscanvel.

Les parcelles de Monsieur Mignon

Après le numéro 131 on voit arriver les numéros 1312 à 1466, qui correspondent au village de Lodoën, avec, au milieu, une liste de propriétés de M. Thomas Louis Le Mignon.

Celles de la section B (section B, dite du Bourg) reprend bien les propriétés énumérées dans la liste principale. Il s’agit de biens situés à Lodoën, à l’est de la route qui va à Roscanvel. Les biens de la section C (section C, dite de Ste Catherine) sont à l’ouest de cette même route; ils ne sont pas repris dans la liste générale. Il faut souligner que la liste des propriétés de M. Le Mignon ne reprend pas non plus celles qui sont situées dans la section de Quélern.

Cette liste a probablement été dressée à l’ouverture de la succession de Thomas Louis Le Mignon.

 Il faudrait identifier dans les biens de Jean Laé, ceux qui, vers 1830, appartenaient à Thomas Louis Le Mignon et essayer de retrouver dans quelles circonstances ils ont été achetés (sans être obligé d’aller consulter les archives départementales à Quimper).

Finalement, compte tenu du manque d’informations détaillées sur certaines transactions, leur examen ne laisse entrevoir que deux possibilités : des achats réalisés par Véronique Quélen en 1895 à des héritiers Spagnol (partie sud de Parc Stang) et en 1887 aux enfants Congard. En effet, dans les deux cas, ce sont des parties des terrains, qui appartenaient initialement à Thomas Louis Le Mignon, décédé en 1833.

Le village de Trégoudan

 

Les limites de la feuille n°2

Les parcelles de la feuille n°1 du cadastre sont rattachées au village de Trégoudan. Le découpage des feuilles l’a mis dans la feuille n° 2. Si les limites nord, est et ouest sont assez claires, la séparation avec Quélern, au sud, ne répond pas à des critères évidents. 

La limite est approximativement une ligne qui va de la porte du réduit de Quélern à l’ancienne cale, en contrebas de la « Pagode », l’ancienne briqueterie Kermarrec, qui a été transformée en gîte pour artistes, mais n’a pas survécu, en raison des difficultés d’accès.  

Selon la propriétaire actuelle la route passait autrefois de l’autre côté des bâtiments, où elle se distingue encore assez nettement. Avant la construction de la route côtière elle rejoignait « Garront ar C’hor ».

 

Les 3 zones

Le village de Trégoudan se décompose en gros en trois zones :

 

1          Au sud, la partie du plateau au-delà du réduit de Quélern, puis après une cassure sur laquelle a été construite une partie du village (repéré par une étoile « A »),

2          Au centre, une large étendue de terre descendant en pente douce vers la rade de Brest, avec un groupe de maison dans sa partie supérieure (étoile « B »).

3          Enfin au nord, une zone à pente relativement forte, pour rattraper le fond                  de l’étang.Elle est d’ailleurs appelée « Tors ar Poul » par endroits.

Les hachures utilisées pour simuler le relief ont pour principal avantage, mais aussi inconvénient, de visualiser certaines dénivellations tout en les accentuant.

 

Dans le cas présent l’emplacement de la rupture de pente est erroné. En effet la zone n°2 commence au « Prat », le pré commun, et descend doucement vers la mer, sans la rupture, qui est marquée sur la carte.

Dans l’ensemble, les terres, qui entourent le village, à la différence des parcelles de la première feuille, sont des terres labourables, mais avec des terres à lande sur les bords et des zones humides vers la mer et vers le fond de l’étang.  

Les habitations          

Même si aujourd’hui on ne parle plus que de « Trégoudan », il y avait en fait autrefois deux villages : Tregoudan Huella, au sud (repéré par la lettrre « A » sur la carte) et Trégoudan Izella au nord (lettre « B »).

entre les deux il y a le pré commun : le Prat.

Le croquis ci-dessous permet de situer les différents groupes de maisons avec  le nom des parcelles concernées.

A         Trégoudan Huella

 

 

Le cœur du village était constitué d’une succession de maisons, construites en escalier le long du chemin, quand il descend de Quélern pour rejoindre Roscanvel en traversant le « Prat ». Elles étaient toutes du même côté du chemin, à l’abri des vents d’ouest, sauf les deux que nous habitons et une maison construite en 1848 sur la parcelle 421, à côté de la nôtre et qui heureusement fait écran.

 

La plupart de ces maisons ont aujourd’hui disparu et de nouvelles ont été construites plus haut, avec vue sur la mer. Il reste une maison, correspondant à celle de la parcelle 451, et une autre, au premier plan, sur les parcelles 456 et 457, dont il sera question plus loin (ty Maurice Téphany). La grange à gauche est l’ancienne forge (439). La maison aux volets bleus est récente mais construite sur une ancienne maison..

B         Trégoudan Izella, le long de Garront ar C’hor

De l’autre côté du « Prat » il y a trois ensembles d’habitations le long du chemin tortueux qui venait de Penarpoul en passant par la poterne basse. Il est appelé dans certains documents, du moins pour la partie supérieure, « Garront ar C’hor ». Aujourd’hui c’est un morceau de RD355, puis le Chemin de Messiber, enfin l’Impasse des îles et l’Impasse de l’étang.

 

 

La photo ci-dessous, datant du début du 20ème siècle, montre le groupe de maisons construites en haut du chemin « Garront ar c’hor », à son intersection avec le grand chemin de Crozon à Roscanvel. Les maisons du cœur du village se distinguent dans le fond, avec, entre les deux, le « prat ».

 

La population

Selon le cadastre napoléonien il y avait 15 habitations à Trégoudan, 10 d’un côté et 5 de l’autre.

Lors du rattachement de 1851 le village comptait 14 foyers avec 74 habitants. Il comptait aussi une maison de plus : celle qui a été construite en 1848 par Jean Marie Penfrat. Les dénombrements précédents donnent respectivement en 1841 : 13 foyers et 64 habitants et en 1846 : 11 foyers seulement avec 62 habitants.

Comme la plupart des maisons étaient habitées par des locataires, il n’est pas possible de les attribuer de manière certaine.

La voirie

 

Un barreau a été construit entre la RD 355 (qui fait le tour de la presqu’île), au niveau de la « Pagode », et la partie haute du village, arrivant sous l’ancienne forge.

 

Après le remembrement une autre route a également été tracée sur le plateau, en respectant à peu près les limites des parcelles 468 et 469.

De même la partie haute de « Garront ar C’hor » et le petit chemin entre « Parquic » et « Mes cibret » ont été élargis. 

Par contre le chemin prévu à travers le fond de l’étang, pour rejoindre Kervian, n’a jamais été construit, préservant ainsi la tranquillité des nombreux oiseaux, qui y habitent ci-dessous en jaune).

 

Pourtant il devait exister autrefois, car l’amorce du chemin côté Trégoudan est toujours visible et les dernières parcelles de terre avant l’étang portent le nom de « parc ar pont » , preuve de son existence, sachant que le mot « pont » doit être pris dans le sens d’un chemin pavé et non pas d’un pont au sens, où on l’entend habituellement, à moins, qu’il ne s’agisse d’un passage à gué

 

De l’autre côté l’emprise du chemin a été élargie, sans plus.