Version 5.0_ page 45-31_ mai 2020

 

On quitte le Pays Bigouden pour revenir dans la presqu’île.

Retour sur la grille de Jean Marie Le Lann

Sur cette grille il y a deux familles Penfrat.

Il y a celle de Joseph Penfrat et celle de l’un des nombreux Jean Marie Penfrat, car il y en a plusieurs à Roscanvel à cette époque.

La difficulté principale est le fait, que Joseph Penfrat s’est marié deux fois. Avec Jeanne Carn il a eu plusieurs enfants, dont Pierre Penfrat et le Jean Marie Penfrat, qui a occupé Tybian (voir la page 22-11). Peu après leur naissance Jeanne Carn décède. Joseph Penfrat se remarie rapidement avec Marie Thépault, qui lui donne, entre autres, une fille Marie Dominique, qui est prénommée parfois Marie, parfois Perrine, rarement Marie Perrine mais jamais Marie Dominique. Elle est aussi souvent absente des généalogies mises en ligne, ce qui ne facilite pas le suivi.

Les généalogies en ligne conduisent à Henry et Jean Penfrat. Il y a des Penfrat à Trégoudan au début du 18ème, notamment les couples Bernard Penfrat/Catherine Salaün et Jean Penfrat/Marie Salaün.

Quelle est leur relation avec nos ascendants ?

Comme dans d’autres grilles on retrouve des Thépault, des Harvel, des le Treut…

 

De leur côté, Yves Marie Le Lann et Marie Dominique Penfrat ont eu un fils, Jean Louis Marie Le Lann, qui a épousé Louis Virgine Penfrat, petite fille d’un autre Jean Marie Penfrat.

En fait, s’il n’y a pas de confusion, les deux branches se raccrochent au niveau d’Henry Penfrat, avec une génération d’écart. En effet, si les deux mariages ont eu lieu en 1782, il y a un écart de 19 ans entre Joseph et Jean Marie.

La principale difficulté réside dans la filiation Henry→ Jean et la filiation Henry→ Bernard. Elle n’est pas évidente car il y a eu pendant un temps beaucoup de Penfrat entre les villages de Trégoudan, Kerguinou, Kerjean, Kerviniou et même Kerraguennec.

Il manque toujours le lien avec les autres Penfrat de Trégoudan.

Jeanne Le Géval

Il s’agit de l’épouse de Jean Marie Penfrat.

 

Les membres de la famille Le Géval se retrouvent parfois avec des patronymes déformés : le plus courant est « le cheval » ; on a aussi « jerael »

La grille 711 de Jeanne Le Géval est intéressante et frustrante à la fois; en effet elle met en scène des noms de famille très connus à Roscanvel : Le Géval, souvent appelés Cheval, les Harvel, les Le Treut (on trouve parfois tutor!!),Goascoz, Carn, Salaün, Thépault, Palud (Pallut)…

En fait on se trouve très vite dans une zone, où les informations disponibles sont relativement pauvres. Le grand nombre d’homonymes fait craindre des confusions, surtout, quand les dates de naissance sont recalculées. 

Les essais de consolidation seront faits dans une autre page, si on y arrive.