Version 5.0_Page 09-44_avril 2020

Le rendez-vous manqué

Lorsque nous sommes allés au Portugal nous avions prévu de rendre visite à Rosario. C’était un ami d’enfance, que les parents n’avaient pas vu depuis la guerre. Nous avions son adresse. Nous sommes arrivés à Lisbonne devant la maison… et nous avons continué notre route, ne voulant pas déranger.

Qui était donc Rosario ?

En fait on le trouve facilement en consultant le recensement de 1936. Il habite au 12 rue Yves Collet avec des grands parents maternel, les Trétout, qui étaient de bons amis des Le Bihan du 16.

On le retrouve ensuite sur le site Généanet dans une généalogie rédigée par l’un de ses fils.

Son nom complet est en fait Jorje Luis Apéré Lopes do Rosario, mais il était connu dans la bande (la bande noire semble-t-il) uniquement sous le nom de Rosario.

Apéré est le nom de famille de sa grand-mère maternelle.

Ses parents vivaient encore, quand nous sommes passés à Lisbonne. Ils s’étaient mariés en 1919. Il était donc un peu plus jeune, que les autres membres de la bande

D’après la monographie en ligne il a eu 5 enfants de Geneviève Yvonne Mary Ange Noury. sœur des deux époux successifs d’Ida Angèle Torillec.

On va retrouver Ida Torillec Quai Toudouze à Camaret avec ses parents Jean Torillec et Victorine Quélen. .Victorine Quélen était la fille de Pierre Marie Quelen (1857) et d’Angélique Mercier (1862), l’une des sœurs de Marie Ursule Mercier.

Ida avait l’âge d’Émilienne Le Lann.

 

Après avoir vendu la maison du 16 rue Yves Collet, il est bon de noter quelques éléments. La maison elle même est décrite dans le chapitre16

Pour résumer les pages précédentes on a avant la guerre

au 12 Rosario

puis au 16 Edouard et Adrien

et enfin au 44 Fernand et Maurice.

Il y en a peut être d’autres.

Le 12 semble être l’immeuble le plus ancien, coupé en deux logements, puis il y a le 14, à moins que la numérotation ait changé, le 12 correspondant alors au 14 actuel.

Les autres maisons ont été reconstruites après la guerre ; le 16, reconstruit en 1953, désormais coincé entre deux immeubles plus hauts et le 44 très récent.

Eugène LE TOCQUET et Marie-Emilie étaient les propriétaires du 44 rue  Yves Collet. Ils avaient fait construire l’immeuble en 1900. Il a été reconstruit récemment