Version 5.0_Page 02-41_avril 2020

 

Le dernier tronçon est le plus simple. 

Sur la plus grande partie de son trajet il reste en haut de la falaise, passant cependant à l’écart car la falaise a tendance à s’effriter sur toute sa longueur.

Pour la dernière partie du GR34 à Roscanvel, il n’y a pas eu à discuter : Il faut faire le tour du réduit. Il n’y a donc pas d’accès au Cap Tremet.

La carte de M. Frezier l’affirme: il n’y a rien entre les capucins et le cap Trémet.

Il y a une exception : la vieille batterie.

En effet, sur un croquis daté de 1720, M. Mathieu mentionne la présence d’une batterie, qui a disparu entre-temps (D). Il reste peut-être encore son emplacement avec la plate-forme, qui surplombe le site de le Fraternité. Sur la légende associée au croquis elle porte le nom de Batterie de Nevet ; il s’agit peut-être du nom de l’officier, qui la commandait en 1694.

Entre les Capucins et Beganarvir

 

Dans les années 60 j’ai fait le trajet entre Beganarvir et l’îlot des Capucins au ras de l’eau, par marée basse bien évidemment. Aujourd’hui ce ne serait plus possible en raison des nombreux éboulements. Sur la photographie on voit très nettement en jaune clair les zones fragiles.

A droite de la photographie on voit en particulier la faille, qui se creuse au niveau des casemates.  

Elle est juste devant les soutes à munitions, où le général Ramcke avait trouvé refuge.

A marée haute ou par gros temps, ce n’était évidemment pas possible.

Îlot Liéval (ou Beganarvir)

 

 

On arrive ensuite au niveau de Beganarvir, la pointe de la flèche.  Le chemin,qui permettait de descendre au niveau de l’eau est devenu à peu près impraticable car toute la zone a glissé et reste très instable.

Au niveau des virages on coupe la vallée des moulins (pages 02-11 et suivantes)

 

En forme de pointe de flèche, d’où son nom, le promontoire devient également difficile d’accès en raison, ici aussi, des éboulements.

Au bout il y a l’îlot Liéval.

Sur certaines carte il est question d’îlot « Liéval de Marque » car il servait de repère (marque).

Mais en raison de sa forme l’îlot porte aussi parfois le nom de crapaud.

 

A partir de Beganarvir Le GR34 descend vers la Fraternité . Il y a d’abord le fort, puis l’îlot du Diable, entre les deux la grève du Quimpérou avec la trouée Poul Brein.

La Fraternité

La photo aérienne de 1971 permet de voir les différents éléments, qui constituent le site de La Fraternité le fort (le four à chaux est caché),, le ruisseau, qui vient de la vallée des moulins, l’emplacement de la vieille batterie, l’îlot du diable et le trou appelé Poul Broen.

Sur la photo de 2012 , prise en venant de Tremet, il y a bien de gauche à droite : l’îlot du diable avec la centrale électrique alimentant son projecteur, la grève dite du Quimpérou,  le four à chaux, le ruiseau d ela vallée des moulins et le fort de la Fraternité, construit vers 1793 (on lit aussi parfois 1796). Il manque seulement la trouée entre l’îlot et la côte (Poul Broen), qu l’on verra plus loin.

La photo suivante, prise en descendant du fort permet de voir la rampe d’accès à l’îlot du diable, la trouée appelée Poul Broen et l’emplacement de la batterie de Nevet, qui existait déjà à la fin du 17ème siècle.

.

Un panneau explicatif a été posé récemment

Le lieu unique.

C’est aussi une destination très prisée ; elle l’était déjà il y a plus de 60 ans. Les jeunes de la cale de Quélern et de Trégoudan s’y retrouvaient.

Le deux photos on été prises sur la chaussé du pont, qui conduit à l‘ïlot. On retrouve bien Beganarvir derrière. La photo suivante montre l’artiste descendant la piste de luge.

Un accès facile

Le Fraternité est le seul endroit, où il est possible d’accéder facilement à la mer, entre la pointe des Espagnols et Trez Rouz.

Certes nous restions le plus souvent à la grève devant Ker Diskuiza ou devant la Maison Rose. Nous allions parfois à Trez Rouz en empruntant la poterne ; elle est malheureusement fermée et oblige à faire le tour par le haut des lignes

Mais Ker Diskuiza est aussi à l’une des extrémités de la route de la Fraternité ; il suffit donc de mettre cap à l’ouest (flèches jaunes).

A partir de Tybian il y a un peu moins de distance à parcourir mais il y a surtout des variantes.

Le plus simple est de rejoindre la route de la Fraternité (flèche orange).

La variante la plus agréable consiste à remonter l’ancienne route stratégique pour rejoindre la côte près de la batterie annexe de Trémet (qui est accessible) et se diriger ensuite vers le nord en longeant la falaise.

Il y a enfin celle, qui emprunte la route de l’Iroise et passe au raz de l’emprise du réduit (en vert) ; elle rejoint la variante bleue juste avant la batterie annexe. Cette dernière variante est surtout utilisés lors des retours.

Le fort de la fraternité

Rose Marie Le Cann, notre tante du Gouérest, nous racontait, que le fort de la Fraternité était autrefois le fort des Comtes du Léon. Il est vrai, qu’elle avait un répertoire d’histoires extraordinaire et, qu’il était difficile de trier le vrai du faux.

Il y a peut être un peu de vrai dans son histoire. Le fort de la Pointe des Espagnols a porté, du moins chez eux, le nom de fort du Léon. Par ailleurs la presqu’île de Crozon a appartenu pendant longtemps aux comtes du Léon avent de passer entre les mains des Rohan… Mais on est en Cornouaille pas en Léon, les moulins s’appellent « Meilh » et non pas « Milin ».

En fait le fort date de la Révolution ; 1793 pour les uns,1796 pour les autres mais la construction a bien du s’étaler sur quelques années.

.

Comme beaucoup d’autres constructions il a souffert des bombardements de la dernière guerre. Seule la poudrière a tenu le coup le choc. Le manque d’entretien fait peu à peu s’écrouler le reste.

 

La photographie ci-dessous date de 1971. Le Half Track a disparu sous un épais massif de broussailles. Pendant longtemps il fallait même passer au ras de la falaise pour atteindre la porte opposée. Un chemin a été heureusement tracé mais on est très loin de la situation de 1971.

En fait il y a 4 zones bien distinctes.

Tout d’abord le mur d’enceinte nord (1) , qui s’est en partie effondré. L’AVPR en entrepris de le consolider.

Il y a ensuite le mur sud (2), dont il semble manquer une partie au niveau de la poudrière.

La poudrière (3) ne devrait demander, que des travaux d’entretien limités.

Il reste le corps de garde (4) , qui est complètement écroulé.

C’est dommage car l’ensemble avait encore fière allure dans les années 60. On voir sur la photo le cheminement non  sécurisé passant au bord de la falaise.

L’îlot du diable

L’îlot du Diable est, pour un moment encore, rattaché à la terre ferme par une chaussée avec un pont, pour permettre à la mer de passer dessous aux grandes marées et éviter ainsi d’attaquer la chaussée. 

Visiblement la hausse du niveau de la mer est venue contrarier ce beau projet.

face à la chaussée il y a en grand escalier très raide, qui a perdu ses bords de marche. Un chemin par sur la droite pour rejoindre deux bâtiments. Le premier est un réservoir d’essence et le second renfermait l’usine électrique, qui alimentait le projecteur situé au bout de l’îlot.

Ici encore il faut faire appel à une photographie  aérienne de 1971. Au bout de l’îlot il y a de grandes pierres plates. Sur le devant c’était le lieu de pêche de Joseph Laé.

Entre l’usine électrique er la casemate du projecteur il y a un passage très bien délimité, qui tranche avec la section , qui vient de l’escalier. Il s’agit peut-être seulement d’un manque d’entretien du passage pour décourager l’accès au projecteur.

La casemate était cachée sous une épaisseur couche de pierres, qui disparaît peu à peu sous l’action des tempêtes successives

Le four à chaux

Il a partiellement survécu aux bombardements.

On est loin de l’imposant four de Rozan, qui se dresse depuis 1839 à L’Aber sous Tal ar Groas, mais le fonctionnement est le même :. on verse les blocs de calcaire et le bois par en haut; on récupère la chaux vive en bas. La chaux est ensuite éteinte à l’aide de l’eau de l’étang tout proche.

En 2019 le professeur Kaolin de la Maison des Minéraux a expliqué aux curieux comment fonctionnait le four.

La batterie de Nevet

L’emplacement de la batterie figurant sur la carte de 1720 est difficile à  repérer car il ne devait pas y avoir de construction en dur. Elle se trouvait au niveau de la plate-forme, qui domine le site comme le montre le cadastre. Sur la photo de 1971 il y a même une voiture; à l’époque on pouvait descendre jusqu’en bas.

L’érosion marine

La mer grignote peu à peu le zone environnante et on voit apparaître des strates de cailloux anguleux, qui ne ressemblent pas aux galets arrondis de la grève voisine. Encore des déchets.

Du côté du four l’agression de la mer est encore plus sauvage.

 

On termine par Poul Broen

.

Elle s’est enfin attaquée à la chaussée en arrachant les protections et en faisant finalement disparaître une partie de la chaussée.

 Les fondations du pont sont également attaquées.

Le schéma ci-dessous donne une idée du recul du trait de côte par rapport à la situation  d’il y a 30 à 40 ans.

En quittant la Fraternité Le chemin remonte sur la falaise et continue en direction du Cap Trémet, que l’on voyait au fond. Tout au fond à droite, la Mort Anglaise, qui marque la limite de la plage de Trez Rouz.

Un nouveau tracé a été défini pour s’écarter du bord de la falaise, en raison, ici aussi, des risques d’éboulement.

Il traverse les parcelles E380 et E381, qui font partie de la succession d’Émilienne Le Lann. En principe elles ont la même superficie: 24458 m². Selon le cadastre elles s’arrêtent au chemin ; elles vont probablement plus loin mais personne n’ira vérifier. Il n’y a pas de bornes au niveau du chemin et nous avons conservé la lettre nous imposant la libre circulation. La parcelle E380 se trouve très proche d’une large zone, qui s’est effondrée récemment.

 

Un dernier regard en arrière vers les Capucins.

Et le même vu d’un peu plus loin et par gros temps

Ensuite on arrive au bord du réduit, qu’il faut contourner, en traversant obligatoirement la route RD355 pour ne pas avoir à marcher devant l’accès au réduit.

Le cap Tremet est inaccessible. Il parait, qu’il y a des grottes sous le cap. La photographie date de 1971.

 

On quitte Roscanvel par la porte de Camaret, qui a disparu.

Entre les lignes et la plage de Trez Rouz le GR34 suit la route RD355.

Un cheminement séparé est en cours d’aménagement sur la droite, du moins jusqu’aux lignes de Quélern, qui resteront un verrou.

Et on retrouve la pancarte signalant le changement d’itinéraire.

Laisser un commentaire