Version 5.0_page 45-01_mai 2020

La photo ci-dessus est extraite de la photographie du mariage de sa fille, Louise, avec Marius Pippo en 1913. Il ne semble pas y avoir eu d’autre.

Rappel de la grille 48-12 de Jean Marie Le Lann

 

Cette grille appelle deux remarques: tout d’abord, une part importante de la famille Le Lann vient du pays Bigouden.

Ensuite il y a eu deux vagues d’immigration, la première avec la branche « Le Lann » en provenance de Plonivel, paroisse disparue, qui fut partagée entre Loctudy et Plobannalec, et l’autre avec la branche « Allanou » venue du centre du Pays Bigouden, essentiellement de Beuzec Cap Caval, paroisse également disparue. Il en sera question dans la page 45-02.

La première de ces deux vagues a eu lieu fin du 18ème siècle, puisque Yves Marie Le Lann (fils) est né à Roscanvel en 1796, et la seconde quelques années plus tard, au tout début du 19ème siècle, puisque le  mariage de Marie Alanou, née à Plovan en 1795,  a été célébré à Roscanvel le 13 janvier 1817.

Pendant longtemps il a été impossible de retrouver les ascendants de Marie Cariou, puis en fouillant chez les Le Lann de Loctudy et en découvrant l’existence de l’ancienne paroisse de Plonivel, tout s’est ouvert, même trop, car il y beaucoup d’incertitudes, quand on s’approche et remonte au-delà de l’année 1600. Il est utile de se souvenir, que, sur une longue période, il y a 30 ans en moyenne entre deux générations et que les centenaires n’étaient pas légion à cette époque.

 

La recherche des ascendants a été rendue plus compliquée encore par le démembrement de l’ancienne paroisse de Beuzec Cap Caval, car les documents peuvent se trouver répartis dans plusieurs paroisses. De même le démantèlement de Plonivel a créé des confusions. La plupart des villages sont sur Plobannalec et non pas sur Loctudy, qui a vraisemblablement récupéré les BMS. Il faut faire appel au cadastre napoléonien pour essayer de trancher. Heureusement la disparition  de celle de Bodivit, absorbée par Plomelin, est bien signalée et celle de Lambour absorbée par Pont l’Abbé également. Une première page traitera de la disparition de la paroisse de Beuzec Cap Caval. Il y aura ensuite 3 pages sur les Le Lann de Plonivel . Ce sera ensuite le tour de « ceux de Beuzec Cap Caval » avec les ascendants de Marie Allanou dans la page sur les marais de Plovan. Entre les deux des pages traiteront des gens de Roscanvel, du moins, si on trouve suffisamment d’informations.

Tous des bonnets rouges, je vous dis

La révolte des bonnets rouges a commencé par l’instauration de nouvelles taxes pour fiancer les campagnes de Louis XIV. Elle s’est amplifiée avec l’apparition du papier timbré.

 

La plupart des individus de la 10ème et de la 11ème génération ont vécu la révolte des bonnets rouges, qui étaient d’ailleurs bleus dans le pays Bigouden.

 

Les exigences des paysans sont exposées dans un manifeste que l’on appelle le « CODE PAYSAN », rédigé par les insurgés eux-mêmes et lu le 2 juillet 1675 devant la chapelle Notre-Dame de Tréminou en Plomeur. (voir la page 34-22 « autour du papier timbré »).