Version 5.0_page 45-71_mai 2020

 

Sous ce titre sont regroupés  tous les ascendants de Marie Allanou. Ils viennent tous de paroisses de l’ancien archidiaconé, à l’exception curieusement des paroisses situées sur la côte sud, comme Plobannalec, Plonivel ou Loctudy, comme, s’il y avait une frontière invisible entre le sud du Pays Bigouden et le nord.

Les nordistes diront probablement,que le sud ne fait pas partie du Pays bigouden. En fait il y a deux pays : le haut et la côte.

Les ascendants de René Allanou

Avec René Alanou on retourne donc au pays bigouden, terroir d’origine de nombreux roscanvélistes, mais ici la plupart des individus est originaire de Plovan, paroisse située sur la côte (orthographié Plouan en 1751 à ue époque, où il n’y avait pas de différence entre les lettres U et V). Au sud il y avait une zone marécageuse, comblée partiellement aujourd’hui, même s’il reste encore des zones humides comme la réserve biologique de Trenvel-Tréogat. De l’autre côté du marais se trouvent Tréguennec et Plonéour Lanvern

On constate une migration vers le sud avec les Allanou originaires de Pouldreuzic, les  Le Goff de Plovézet et les Burel de Mahalon,

La fréquence du  prénom « René » dans la famille Alanou augmente considérablement le risque de confusion entre les individus. Le fil conducteur peut être le nom des villages, quand il est donné. Par exemple ici ce serait Tréffanc (ou Tréfranc), qui garantirait le bon choix, sauf s’il y a plusieurs familles dans le village. Ce village est voisin de celui de Kerautret, également cité dans la grille.

 Par rapport aux individus des pages précédentes, originaires pour une grande part de la région de Plonivel, on dispose de peu d’informations  sur les générations 12 et au-delà, comme s’il manquait une génération entre les deux premiers René Alanou. D’un autre côté, comme il n’est pas rare de trouver des fratries, qui s’étalent sur plus de 20 ans, cela peut expliquer également le décalage.