Version 5.2_Page 42-11_décembre 2021

 Les ancêtres de Denis Capitaine

Ils sont issus de paroisses faisant le tour du Menez Hom, à l’exception  de Trégarvan, située sur la face nord du Menez Hom. Pourquoi cette absence ?

Le Menez Hom : le verrou de la presqu’île

Il est souvent perdu dans le brouillard malgré une altitude modeste (331m) car il accroche les nuages venu de l’ouest.

Quand on quitte la presqu’île pour aller vers Châteaulin, la route passe par Sainte Marie du Ménez Hom. Il y avait autrefois une autre route par Dinéault et Trégarvan, le long de l’Aulne. La rivière elle-même (dans le Léon on parlerait d’aber) était franchie par plusieurs bacs, notamment avant la construction du pont de Térénez. La ligne jaune passe par Rosnoën ; la route la plus usuelle longe l’Aulne.

Au sud il y a plusieurs routes en direction de Quimper par Saint Nic et Plomodiern, d’où on peut également rejoindre Châteaulin par Cast en contournant le Menez-Hom. Il y avait aussi une route par la plage à marée basse, qui rejoignait le route de Quimper ou celle de Douarnenez, ce qui faisait gagner beaucoup de temps. elle n’est pas reprise sur le schéma; elle se situerait en bas du trait bleu.

Trégarvan et Dinéault ne figurent pas sur la carte de 1751; Le Menez Hom est décalé vers l’est,  probablement par manque de place

 

 Il y a une grille pour les ascendants de Jacques Capitaine. Les ascendants de son épouse, Françoise Le Cloarec sont en bas de page.

 La grille 711-72 de Jacques Capitaine

La grille de Jacques Capitaine et très fournie et ne semble pas poser de problèmes de raccordement malgré le fait, que l’on remonte parfois jusqu’à la 13ème génération, donc le début du 17ème. On a peu de dates de naissance.

Du côté de son grand père paternel, Alain Capitaine, on est à Saint Nic, au sud du Menez Hom. Les noms des villages successifs ont évolué au cours du temps ou plutôt ont été déformés par les rédacteurs successifs des BMS. La famille de sa grand-mère vient également de Saint Nic mais du village de Berrien.

Du côté maternel on est à Plomodiern pour le grand-père Le Goff et Dinéault pour la grand-mère D’Hervez, essentiellement du village de Kerguilly.

Finalement on a une seule branche originaire de Dinéault.

Il est curieux de voir surgir le nom de Françoise Jacoby à la 11ème génération. En principe c’est un patronyme originaire des Flandres.

Si on met à part la famille Le Goff de Plomodiern, on arrive assez facilement à la 12ème ou même parfois à la 13ème génération avec les problèmes classiques de confusion, notamment le cas de Guillaume Gannat, dont les différentes généalogies mises sur le net peuvent prêter à confusion au niveau de Jean Gannat et de Catherine Marzin. En effet il y a beaucoup d’individus portant ces deux noms à Saint Nic au début du 17ème siècle. Le rattachement éventuel à la famille Piclet a été récemment réfuté par des internautes; la grille ci-dessus tient compte des dernières modifications mises en ligne, même si cela n’est pas encore satisfaisant. En effet il n’y a pas grand chose, qui permette de rattacher Catherine Marzin, son acte de décès est d’ailleurs peu détaillé.

 Avec cette branche apparaît une autre famille D’Hervé, parfois orthographiée Dervez, ce qui n’arrange rien.

Des grilles complémentaires de type « 1014 » ne seront remplies, que si on arrive à démêler les branches Gannat et D’Hervé.

Avant 1700, à part Telgruc,  le patronyme Gannat n’est présent, qu’à Lyon, et encore les premiers individus sont de la ville de Gannat, près de Moulins. On est donc bien en présence d’un patronyme spécifique à la région, sauf, s’il s’agit d’un individu originaire justement de Gannat.

Les villages aujourd’hui

Ci-dessous le village de Kerguilly occupé par la famille Dervez dès le 17ème siècle.

Au début du 19ème il était éclaté en trois hameaux

Par contre les Capitaine se sont retrouvés à Gouspagn.

Le hameau est allongé. Il est difficile de savoir, où habitait Jacques Capitaine;

La statuette « Brigitte » a été retrouvée dans un champ à la sortie de Dinéault.

A Saint -Nic la ferme de Berrien disparaît dans les nombreux bâtiments agricoles construits autour.

La grille 711-73 de Françoise (Le) Cloarec

7

8

9

10

11

73

Françoise

 Cloarec

N 15 janvier 1751 dinéault keranquere

D 31 août 1786

Dinéault keredan

 

Mariée le 30 janvier 1777 avec jacques capitaine

146

Hervé

Cloarec

N 1708

D 24 novembre 1775

Ty Quéré 

Dinéault

 

M 3 février 1744

Dinéault

 292

Nicolas

Cloarec

D 1744

 

 

 

 

 

 

293

Anne

Prigent

D 1744

 

 

 

 

 

 

147

Marie

Bauguen (écrit parfois aussi bouguion)

N 25 décembre 1722 dinéault

D 26 décembre 1783

Dinéault

Prat ar Pelliet

294

Nicolas

Bauguen

1er mai 1691

Dinéault

Penarrun

 

D 16 juin 1760

Dinéault 

Kerricard

 

M 1718

Dinéault

588

Jean

Bauguen

N 1650

Hanvec

D 1er avril 1710

Dinéault

 

M 3 février 1676  dinéault

1176

Olivier

Boguen

1177

Jeanne

Cloarec

589

Catherine

Deniel

N 1653

1178

Pierre

Deniel

1618

D 28 avril 1686 Dinéault

Pennarrun

1179

Clémence Claudine

Breton

N 1637

D 6 avril 1697

Dinéault

Penarrun

295

Madeleine Bauguion

10 janvier 1699 kerricard dinéault

D 22 décembre 1772 dinéault

Kerricard

590

Prigent

Bauguion

N 1651

D 25 août 1721

Dinéault

 

M 30 janvier 1681

Dinault

1180

Michel

Bouguion

1619

D 12 octobre 1694 Dinéault

Kerricard

fils 12 d’Alain Bauguion N 19 nov 1608 Dinéault

D 2 juin 1682 à Dinéault Kergabel

petit-fils de 13 Hervé Bauguion D 4 juillet !1662 Châteaulin Kerian et de Françoise Bouguennec D 4 juillet 1662 Châteaulin

1181

Marie

Kervennec

1625

D 2 février 1685 Dinéault Kerricard

591

Marie

Moreau

N 3 octobre 1657 Plozevet

 

ou 1648 à Dinéault( ?)

D 18 octobre 1725 Dinéault

Kerricard

1182

Yves

Moreau

N vers 1624 Landudec (pays bigouden)

D 24 décembre 1699 Plozévet kermenguy

M 15 novembre 1655 Plozévet

1183

Marie Catherine Bittart (Bitard)

N 8 juillet 1635 Plozévet

D 15 juin 1706 Plozévet kermenguy

Fille de (12) 2366 rené bittart et de (12)2367 marie plouhinec

 

 

Il n’y a pas de traces des ancêtres Cloarec, mais ils sont peut-être originaires pour partie d’une autre commune. Les Boguen/Bauguion sotn de Dinéault. D’ailleurs les patronymes « Boguen » et «  Bauguion » ont probablement la même origine. Les Moreau viennent de Plozévet, commune située dans le pays Bigouden.

Avec un peu de chance les parents de Marie Plouhinec sont originaires de la paroisse du même nom, situé en face d’Audierne.

 

Un point à signaler (et que l’on retrouvera probablement dans d’autres grilles) : on a surtout des informations par les épouses. Il n’ y pratiquement rien du côté Cloarec/Prigent. Il y en a déjà plus chez Marie Bauguen, Madeleine Bauguoin et surtout Marie Moreau.

Ici on a encore une migration en provenance du Pays Bigouden : Plouhinec/Landudec vers Dinéault avec un arrêt à Plozévet. Il manque cependant les lieux de naissance des Bauguion. Selon Généanet le patronyme est surtout présent à Chateaulin et Dinéault avant le 18ème siècle.

Il y a donc eu un déplacement de Marie Moreau vers Dinéault, où elle a épousé Prigent Bauguion. Pour une fois c’est le parcours inverse, que ce que l’on peut voir généralement.