Version 5.1_page 47-51_novembre  2020

Les ascendants de Véronique Quelen sont essentiellement de Kerloc’h, du moins les plus proches.

Ici encore on une grille courte, comme si les documents manquaient. Pourtant cette famille, qui sera omniprésente pendant tout le 19ème siècle et une partie du 20ème, à bien une origine. Le patronyme se retrouve également vers Saint Fiacre et Saint Driec.

 

On retrouve aussi plusieurs branches  Le Guen

Dans les ascendants de Véronique Quelen on a aussi des Belbéoc’h et des Tréguier. Il y a encore des Le Guen

On voit apparaître le village de Trésigneau, qui est situé de l’autre côté de l’étang de Kerloc’h .

Comme le patronyme l’indique, les ascendants de Marie Françoise Tréguier doivent venir de l’évêché de Tréguier.

Cette grille accentue l’impression de grande confusion avec la famille Le Goff de Penfrat, les Le Guen ou les Téphany  (de Camaret probablement). On voit arriver Clémence Postic ; c’est peut-être la sœur de Françoise Postic, née vers 1630. Elle est d’ailleurs décédée à Trébéron.

On a encore des Mignon.

Il y a aussi Françoise Quélen.

 Comment démêler tout cela? Il y a aussi beaucoup de dates approximatives.

Il y a peu  de chances, que plusieurs familles différentes soient originaires du village actuel de Trébéron, sauf, si ce sont des familles d’ouvriers agricoles, que le seigneur (Goulhezre) déplaçait à sa guise.