Version 5.0_Page 01-21_avril 2020

Les deux villages de Trégoudan et de Quélern occupent une situation particulière à l’entrée de la presqu’ile de Roscanvel (que l’on appelait autrefois aussi « presqu’île de Quélern »).

Cela se voit nettement sur la carte marine ci-dessous, publiée au tout début du 20ème siècle. Entre les deux étangs il y a zone étroite, en grande partie occupée par le fort de la pointe Trémet, le réduit et les lignes de Quélern.

Cet étranglement est également très visible sur la photographie aérienne ci-dessous. En vert les limites de l’emprise des terrains occupés par l’armée, traversée seulement en deux endroits, juste assez pour permettre le passage de la RD355 (en rouge).

Sur le plateau il y avait une porte monumentale, qui a été détruite pour laisser passer les chars (les chars allemands ou les chars américains?).

Plus cas, au niveau de l’étang de Penarpoul, c’était une porte plus simple apparemment.

Les voies de communication

 

Quélern et Trégoudan sont situés sur l’ancien chemin (hent meur), qui allait de Crozon à Roscanvel en passant par la grande porte du plateau. Par la porte du bas Il y avait aussi un autre chemin, qui longeait la côte. Jusqu’à la construction de la digue de l’étang de Penarpoul, le chemin passait une seconde poterne et rejoignait la route de Crozon.

Plus tard, pour desservir les nombreux forts situés le long de la côte, il a été construit une route centrale, qui allait jusqu’à la pointe des Espagnols. Cette route portait le nom de route stratégique n°1, comme on le voit sur la borne Michelin, qui était située au carrefour avec la route de la Fraternité,. La borne a malheureusement disparu lors de la réfection du carrefour.

Les portes étaient fermées la nuit

C’est la construction des lignes, la fin du 18ème siècle, qui a amené les deux villages à demander le rattachement à la commune de Roscanvel. Il y avait déjà l’éloignement : Crozon est à 9 km et Camaret est à 5 km, contre moins de 2km pour rejoindre Roscanvel. , mais surtout les deux portes étaient fermées la nuit, du moins jusqu’en 1918.

Ogée l’avait d’ailleurs noté  dans son dictionnaire historique et géographique publié en 1853:

Il en sera à nouveau question dans le chapitre 27.

Curieusement un seul document fait référence à la construction de ces lignes.

Dans le brouillon du partage des biens de Joseph Keraudren et de sa femme, Jacques Keraudren, leur fils, accepte de revoir sa part d’héritage, si la construction du fort vient amputer la part de ses neveux et nièce.

Mais on n’y reviendra pas, alors que, selon le cadastre, les Laé ont des parcelles dans l’emprise du réduit.

A cette époque il n’y avait pratiquement, que deux routes pour aller jusqu’à Roscanvel :



_ la route marquée en jaune par Kerellot et la porte du haut ; elle ne devait pas être très différente de ce qu’est aujourd’hui la partie qui monte de Kerellot.

Ce chemin est empierré au départ du village; c’est moins visible plus haut.

_ en bas le second chemin, repéré en rouge sur la carte, qui partait de Penarpoul et longeait la côte pour rejoindre le grand chemin, au bout du village de Trégoudan. Il est probable qu’il existait déjà à la fin du16ème siècle. Dans sa partie supérieure il avait pour nom « garront ar c’hor », un nom bien plus poétique, que le nom actuel : impasse de l’étang.

La construction  des lignes a modifié le tracé des chemins venant de Camaret ou de Crozon (de couleur orange sur le schéma ci-dessus). 

On le verra quand on s’intéressera au village de Tremet, aujourd’hui enseveli sous l’avancée de la porte de Camaret (chapitre 27). L’ancien chemin venant de Camaret passait très près de la côte; il a été remplacé par une route plus éloigné du rivage, qui a coupé en deux de nombreuses parcelles, surtout vers Rigonou.

Au début du 20ème siècle une route a été construite entre le village de Trégoudan et la RD355, au niveau de la Pagode.

Enfin la RD355 a été élargie ; elle fait désormais le tour de la presqu’île et es portes ont disparu.

Malgré ces modifications il faut toujours traverser les lignes et toute cette zone conserve encore son caractère de goulot d’étranglement.

Les Habitations

Il n’y avait apparemment pas de manoirs, ni de grande maison à Trégoudan, même si un groupe de champs vers la route de l’Iroise portait autrefois le nom de « Parc Gros ar Maner » (probablement une déformation de Kreis ar Maner). Par opposition il y en avait dans les villages environnants: notamment Lodoën et Kervian.

Sauf erreur, à part les maisons du Pors, qui ont été reconstruites au cours du 19ème siècle, aucune d’entre elles n’est datée, alors que dans la plupart des villages voisins on trouve encore des maisons avec une pierre sculptée portant l’année de la construction et assez souvent le nom du propriétaire.

En fait il y en a au moins une à Quélern, située au numéro 19 de la rue des remparts, qui porte comme date 1613, mais il peut aussi s’agir d’une pierre de réemploi.

Mais les dates qui figurent sur ces maisons semblent toutes postérieures à 1600. Est-ce la conséquence du passage des espagnols ou un changement d’habitude?

En 1594 cette gorge a vu passer les espagnols, qui ont construit un fort au bout de la presqu’ile. Il y a eu ensuite le passage des troupes franco-anglaises venues les déloger, beaucoup plus nombreuses (plus de 6000 contre 400). Le siège a duré longtemps et cela a eu forcément des conséquence sur la vie locale.

Les habitants ont-ils été amenés à reconstruire leurs maisons?

La première maison avec un étage a été construite en 1848 par Jean Marie Penfrat dans le prolongement de son penty.

Il y en avait une à Quélern mais elle a été « rabotée » après la guerre car le pignon ouest avait été endommagé. Il s’agit probablement de la maison, qui est appelée le « manoir de Tremet ».



La section première de Quélern

Lors de la rédaction du cadastre napoléonien, au début du 19ème siècle, les communes ont été découpées en sections. Pour la commune de Crozon les rédacteurs ont commencé la numérotation par la section la plus au nord, qui a été dénommée « la section première de Quélern» .

 

En effet jusqu’en 1851 les villages de Quélern et Trégoudan ont fait partie de la paroisse, puis de la commune de Crozon.

La section première, que recouvre-t-elle?

 

Cette section allait de l’étang de Kervian à celui de Penarpoul (je crois avoir lu qu’il s’appelait autrefois « étang de Quélern », ce qui serait plus logique).

Elle englobait en plus des deux villages de Quélern et de Trégoudan l’ensemble des lignes de Quélern et le village de Kerellot, situé en contrebas de ces lignes.

Les lieux en 1919

La photographie ci-dessous date de 1919. Elle montre qu’il y avait peu d’arbres à cette époque, à l’exception des zones habitées, où ils ceinturaient les champs proches des habitations.

Les anciens chemins, sauf sur la côte, laissent la place à des routes moins tortueuses, qui, venant de Camaret et de Crozon vont rejoindre Roscanvel et la Pointe des Espagnols.

Si les sillons, qui protègent les deux étangs, ont été renforcés et recouverts d’une chaussée carrossable, la route, qui va de la nouvelle cale de Quélern au bourg de Roscanvel n’existe pas encore. Par contre les deux bistrots existent déjà.

Enfin on distingue nettement le chemin, qui a été emprunté par les pièces d’artillerie du fort de Trémet, quand, vers la fin de la Grande Guerre, elles sont été démontées et transférées sur le front.

Une unité géographique écartelée

 

Si Kerellot est rattaché à la section première, le village voisin de Penarpoul est écartelé entre la deuxième et la huitième section de Crozon. En fait de nombreux villages sont ainsi coupés en deux (ou plus). La limite est le plus souvent un chemin, parfois un ruisseau, indépendamment des habitations.

 

Dans le cas de la section première la séparation au sud était constituée par un chemin allant de la plage de Trez Rouz à l’étang de Penarpoul, passant à peu près à égale distance entre les deux villages de Kerellot et de Penarpoul. Il portait le nom de chemin du Pouldu à la poterne.

Le nom des deux villages est devenu Kerellot-Trémet et Penarpoul-Trémet, alors que le Cap Tremet est plus au nord. Il fallait les distinguer des autres villages du même nom de la commune de Crozon.

On verra d’ailleurs plus loin, que toute la zone faisait partie d’un quartier de Crozon portant le nom de « Tremet »

 

Le manoir de Quélern est lui dans le village de Kertoupin, au delà de Penarpoul, et le moulin de Quélern est sur la hauteur, encore plus au sud, à Penarcréac’h. L’ile du renard (Enez Lern) est en face de Persuel. Enfin la presqu’île de Roscanvel portait autrefois le nom de presqu’île de Quélern.

Cette dispersion géographique du nom de Quélern sera reprise dans le chapitre 28.

 

Les quatre feuilles

 

Le plan cadastral de la section première de Crozon est découpé en 4 feuilles, d’importances inégales.

Ci-dessous le découpage, tel qu’il ressort du tableau d’assemblage de la commune de Crozon, daté de 1872.

 

La première feuille reprend les 166 parcelles situées le long de la côte entre la Fraternité et le fort Trémet. Une copie sur soie nous est parvenue.

Les 3 autres feuilles correspondent aux trois villages, en allant du nord au sud.

La deuxième feuille englobe le village de Trégoudan, c’est la plus grande avec plus de 400 parcelles.

La troisième feuille comprend le village de Quélern, appelé aujourd’hui « Quélern en Haut », par opposition à « Quélern en bas », qui désigne le groupe des maisons construites plus tard autour de la caserne de Sourdis. Cette feuille comporte moins de 100 parcelles car elle est amputée par le réduit et les lignes, mais avec quelques parcelles coincées entre les anciennes lignes de l’ingénieur Traverse et celles qui ont été finalement construites à la fin du 18ème.

Sur le tableau d’assemblage ci-dessus ont été repérées en rouge les deux zones de la troisième feuille, qui ont échappé à l’emprise de l’armée.

 

La quatrième feuille est celle de Kerellot avec plus de 300 parcelles.

A l’occasion du rattachement de 1851 les trois premières feuilles du plan cadastral ont été transférées sur celui de Roscanvel, comme on peut le voir en consultant les archives.

La liste des propriétaires des parcelles, par contre, a été recopiée et il vaut mieux consulter l’exemplaire de Crozon, qui a l’avantage de comporter plus de précisions sur les partages survenus au moment de sa rédaction.

La mise en ligne récente de l’Etat des sections de Roscanvel est intéressante, car elle inclut les propriétaires des deux villages annexés.