la lecture des documents de la caisse fait ressortie deux éléments : l’existence des tenues à domaine congéable, désignées sous le nom breton de « léac’h » ou parfois de « lech »,

le morcellement des parcelles à la suite de successions mais aussi comme conséquence de la vente des biens nationaux

Ce qui surprend cependant c’est la différence considérable, que l’on  constate, entre le découpage excessif pratiqué dans la presqu’île de Crozon  et son absence quasi générale ailleurs. Quelle en est la raison?