version 5.1-page 41-31_novembre 2020

Certaines généalogies sont particulièrement difficiles à remonter; parfois, au contraire, on a trop d’informations et un tri s’impose. Cela commence déjà avec la première grille, celle d’Hervé Le Bihan. D’après,les travaux mis en ligne sur Généanet on arrive à la grille 711 suivante :

Un première difficulté vient des lieux de naissance: est-ce Poullan ou Beuzec Cap Sizun?

 Ensuite il y a finalement beaucoup d’individus, qui sont prénommés Hervé ou Yves, et qui sont nés à peu près au même moment et dans les mêmes lieux.

 On trouve notamment 3 Yves Le Bihan, nés entre 1681 et 1692, qui sont tous les 3 rattachés à Yvon Le Bihan et Anne Labat. Il y donc un choix à faire.

 La lignée la plus probable remonte au village d’ Esquibien, qui a fusionné en 2016 avec Auderne ; mais on trouve aussi Pont Croix, qui est juste à côté.

 On retrouve le même problème avec Olivier Le Bihan, pour lequel il y a deux filiations. D’abord celle de Riou Le Bihan:

Et ensuite la filière d’Alain Le Bihan

La seconde est plus flatteuse car des internautes ont pu remonter la famille Quemper jusqu’au 14ème siècle.Ils étaient nobles.

 Cependant la plupart des généalogies en ligne rattachent Catherine Quemper à Alain, dit Bigot.

 Comme on ne retrouve pas le surnom Bigot chez Olivier Le Bihan, il est probable, que la filière « Riou » est la bonne.

 La lignée de Marie Brénéol est assez fournie. On a ici également une incertitude: Esquibien ou Beuzec Cap Sizun?

 Avec la famille Gloaguen on est à Meilars, paroisse très proche. Pourtant on a des soucis avec Marie Poquet, qui apparaît également dans cette branche, comme si elle avait été mariée 3 fois.

 Cette première grille montre bien les limites de l’étude. Plus on remonte dans le temps, plus les données sont incertaines et plus Il y a d’individus portant le même nom. Or les BMS, comme on le voit sur ceux, qui ont été mis en ligne, sont de plus en plus succincts et pas toujours très lisibles.

Un point à souligner (il sera rappelé à plusieurs reprises dans les autres pages): la durée moyenne d’une génération est de 30 ans (calcul sur 13 générations!!).

Les Caps

 En anticipant sur les pages suivantes, il apparaît, que la famille Le Bihan trouve ses origines dans la partie est du Cap Sizun, entre Audierne, Poullan et Beuzec Cap Sizun.

Inversement la famille Le Lann est de Loctudy et des environs mais avec plusieurs branches venues de Beuzec Cap Caval, paroisse aujourd’hui démantelée, comme on le verra.

Il y a bien évidemment des ascendants en provenance des autres paroisses du pays Bigouden..