Version 5.0_Page 08-21_avril 2020

Élémentaire mon cher Watson !

Après les recherches des ascendants Garnier, Blanc, Bancod et Saclé, il restait à trouver le nom et l’ascendance de la grand-mère paternelle de Papy.

Le départ fut difficile.

Son nom apparaît finalement dans le recensement militaire des ses deux fils, Maurice et Armand Louis : Il s’agit d’ Aimée Eugénie Marie Jacquette.

Il faut maintenant trouver son lieu de naissance. Jacquette est un patronyme peu répandu, sauf dans le département de la Manche. Le triple prénom comportant Eugénie ou Napoléon au milieu est caractéristique du début du second empire, notamment en Normandie.

Le site des archives de Saint-Ouen, lieu de naissance d’Armand Louis est en panne ; l’archiviste propose de me l’envoyer par la poste, mais j’oublie de lui envoyer une enveloppe timbrée;  les archives de Montreuil ne sont pas en ligne.

Un premier passage sur Généanet ne donne rien ; il faut absolument connaître  le lieu de naissance.

Au hasard je tape le nom et les prénoms sur internet. Généalogie.com me donne la possibilité de choisir un individu parmi plus de 4000. Je recherche une personne ayant les trois prénoms dans l’ordre et apparaît à l’écran un carton annonçant le futur mariage d’un couple: Maurice Saclé et Aimée Eugénie Marie Jacquette. L’annonce a été affichée à Montreuil et à Paris (8ème).

Comme les archives de Montreuil ne sont pas en ligne  (il faut prendre rendez-vous et y aller.), je tente Paris 8ème et j’obtiens immédiatement la copie de l’acte de mariage avec la date et le lieu de naissance : Parigny (Manche), avec, en plus, le nom des parents : Jacques Félix Jacquette et Louise Marie Michèle Diard, mais l’âge des parents est fantaisiste, comme on s’en apercevra plus tard.

Aimée Eugénie Marie Jacquette est cuisinière.

Comble de malchance, le site des archives de la Manche est également en dérangement. Il est réparé et l’archiviste de Saint Lô me fait  même parvenir un message très complet, avec la marche à suivre et accompagné de photos d’écran.

Super !! La machine se met enfin à livrer ses secrets.

 

La Grille A9 d’Aimée Eugénie Marie Jacquette

Il est alors possible de commencer « une grille 48 » avec les ascendants d’Aimée Eugénie Marie jusqu’à la 8ème  génération. Comme dans les autres familles le résultat est inégal. Certaines branches sont très vite remplies; d’autres exigent un peu plus de temps. Enfin il y a des branches, pour lesquelles il n’y a pratiquement pas d’informations.

Le problème principal : les actes sont souvent très difficiles à déchiffrer. Il faut combiner la recherche dans les actes en ligne avec celle sur Généanet, mais les généalogistes ont rencontré les mêmes problèmes de déchiffrage, qu’en Bretagne, d’où quelques imprécisions.

 

Il apparaît néanmoins, que la famille d’Aimée Eugénie Marie est originaire de Parigny, commune, qui pourrait être qualifiée aujourd’hui de banlieue nord de Saint Hilaire du Harcouet, dernier gros bourg normand avant la Bretagne.

 

Sur la carte de Bretagne de 1751 Parigny n’apparaît pas, mais à son emplacement il y a une chapelle portant le nom de Vire.

Le bocage Mortainais

En fait, c’est une région  de bocage, appelée le « bocage mortainais », avec de très nombreux villages dispersés dans la campagne, eux-mêmes éclatés en de multiples hameaux. Le graveur ne les a pas fait figurer sur la carte de 1751, qui ne concerne que la Bretagne.

Beaucoup de ces villages ne comptent plus que quelques centaines d’habitants aujourd’hui ; il y en avait entre 800 et 1000 à la fin du 18ème. Par contre Parigny et Saint Hilaire du Harcouet ont vu leur population doubler sur la même période:

 

Les autres villages sont représentés sur le schéma ci-dessous (il en manque car il n’y avait plus assez de place). Tout se passe à la frontière avec la Bretagne, autour de Saint Hilaire du Harcouet, avec deux bourgs un peu plus éloignés : Brécey et Landivy, qui est situé en Mayenne. Le point de regroupement reste cependant la commune de Parigny.

Et  les vikings sont arrivés

L’immigration Bretonne s’est étalée sur plusieurs siècles, avec plusieurs vagues importantes au 5ème et au 6ème siècle, mais on semble avoir oublié la première vague, qui fut décrétée par les romains à la fin du 4ème siècle. Les émigrants s’installèrent sur toute la longueur de la Manche, de la pointe Saint Mathieu à la baie de la Canche (le Touquet)

.

Plus tard, dans la seconde moitié du 9ème siècle, les rois Salomon et Alain Le Grand annexèrent le Cotentin.Cela n’a pas duré longtemps car les vikings sont arrivés. Ils ont commencé par occuper le nord du Cotentin, puis, peu à peu, ils ont avalé  le reste de la péninsule.

 

C’est peut-être en souvenir de cette courte période de domination bretonne, que certaines communes ont mis des hermines dans leurs armoiries, notamment Brécey et Landivy. D’ailleurs le nom de cette dernière est bien d’origine bretonne.

Laisser un commentaire