Version 5.1-page 47-91_novembre 2020

Pourquoi le chaudron de Flotcoulm ?

Sur l’un des dénombrements de la population de Crozon le nom de Flotcoulm figure dans la liste des sections, comme celui de Trémet d’ailleurs.

Le cadastre a un découpage en sections plus fin, que celui du dénombrement des populations. Cela correspond en gros à la 4ème feuille de la section de Penfrat, à la 3ème de Rigonou et à la 6ème de Kerloc’h.

.Plus précisément le « Chaudron » est la dépression, qui s’étend de Penfrat, derrière la biscuiterie, à Kerloc’h, tout en bas, en passant par Lannilien au centre. Sur les bords Penaryeun et Penfeunten.

En périphérie il y a les villages de Keraudren et de Rigonou au nord, les villages de Trésigneau et Kervian à l’est. Même s’ils ne font pas partie strictement du chaudron, il y a des liens étroits avec ses habitants.

Le cadastre a un découpage en sections plus fin, que celui du dénombrement des populations. Cela correspond en gros à la 4ème feuille de la section de Penfrat, à la 3ème de Rigonou et à la 6ème de Kerloc’h.

.

Plus précisément le « Chaudron » est la dépression, qui s’étend de Penfrat, derrière la biscuiterie, à Kerloc’h, tout en bas, en passant par Lannilien au centre. Sur les bords Penaryeun et Penfeunten.

En périphérie il y a les villages de Keraudren et de Rigonou au nord, les villages de Trésigneau et Kervian à l’est. Même s’ils ne font pas partie strictement du chaudron, il y a des liens étroits avec ses habitants.

L’appellation « chaudron » parce que tout se mélange dans un espace relativement restreint. Dans le dénombrement de 1856 il est noté concernant le quartier de Flotcoulm une centaine de logements pour 500 habitants, mais cela concerne une zone plus large, allant jusqu’à Lambézen. Si on se limite au chaudron proprement dit, il y a une cinquantaine d’habitations et 250 habitants.

Le nom de Flotcoulm est rarement utilisé seul. Il est généralement associé à celui de Penfrat ou de Penaryeun, plus rarement à Penfeunten. Faute d’information plus précise et sans possibilité de décortiquer son sens, il est utilisé ici pour fédérer tout ce qui concerne la zone allant de Penfrat à Kerloc’h.

Sous réserve d’informations erronées (car il y a des incertitudes de temps en temps) ou de migrations importantes non identifiées, le nombre de mes ancêtres autour de la 11ème génération est de l’ordre de grandeur de la population du chaudron. Avec les mariages entre cousins et les échanges avec les villages voisins cela fait un peu moins.

On a bien retrouvé Trémet. Existait-il autrefois un village portant le nom de Flotcoulm?