version 5.2_Page 52-11_décembre 2021

Il n’y aura, du moins pour le moment, qu’une seule branche, celle de la cuisinière normande.

Et encore, pour cette branche, il n’y aura, que 5 grilles 711 (ou 710) , 3 pour les ascendants de Jacques Félix Jacquette et 2 pour ceux de Louise Diard.

La famille de Jacques Jacquette ne pas loin avec seulement deux individus de la 10ème génération.

Dans la famille de Françoise Renault c’est l’inverse ; on a des noms pour tous les ascendants de la 10ème génération. Les paroisses de naissance ne sont pas toujours connues mais dans l’ensemble on est à Marcilly pour les Renault et Parigny pour les Jouaut.

Il y a même de individus jusqu’à la 12ème génération chez les Jouault, même si certains n’avaient pas réellement de nom de famille : les ascendants Claude et Julienne étaient simplement « de Parigny » comme on a dans la presqu’île de Crozon des Tréguier, des Daoulas, mais aussi des Menesguen habitant le village de Menesguen…

On a même quelques ascendants pour Martine Barbe, dont un de la 13ème.

Chez Perrine Jamain on arrive à la 11ème génération mais avec des déplacements plus importants : Landivy (on est dans la Mayenne) pour les Jamain, les Loges Marchis pour les Dubreuil, Brecey pour les Norgeot et Gilbert, Lapenty pour les Grogniard

Les armes de la commune de Landivy portent des hermines.  Pour mémoire la première émigration a été au 5ème siècle en direction de la Manche et au 10ème siècle une grand partie de la Manche et de la Mayenne faisaient partie de la Bretagne; puis les vikings sont arrivés…

Certaines communes ont quand même conservé les hermines en souvenir de cette époque.